LE DIRECTEUR ARTISTIQUE

GNOUMBLEY  BAUGINARD Freddy

Après 3 années d’hospitalisation dont un an de coma, une longue bataille acharnée contre la maladie, et une guérison quasi miraculeuse, il renoue avec sa passion, la scène, sans que les séquelles de la maladie représentent pour lui un handicap.

Aujourd’hui, mal voyant, muni de ses béquilles et de ses appareils auditifs, Freddy joue, chante, danse, raconte et incarne tour à tour les différents personnages de ses histoires.

Gnoumbley Bauginard Freddy est un artiste pluridisciplinaire qui navigue entre la tradition et la modernité.

Il garde ses pieds profondément enracines dans sa culture africaine traditionnelle qu’il habille de voile contemporain et moderne.

Doté d’une solide formation artistique, il s’est enrichi en travaillant aux côtes de plusieurs artistes de renoms. A savoir Rose Marie Guiraud, Elsa Wolliasson, Germaine Acogny en danse africaine, Jean Claude Gallotta , Wess Howard en danse contemporaine, Catherine Dubois  , théâtre gestuel et mime, Shiro Daimon , théâtre japonais (no et kabuki) , Sidjri Bakaba , Feu Niangoran porquet pour le théâtre. Luis Cortes JAIME, Commedia Del Arte et conte.

Freddy Bauginard travaille l’alliance du geste à la parole, du mouvement aux mots.

La danse et la parole sont ainsi mis au profit d’une écriture et d’un style de jeu très personnel. Ce qui fait de ses œuvres artistiques, de véritables moments de voyage,  riches en humour, en couleurs et en rebondissements

Sa riche expérience, sa conscience professionnelle  rigoureuse, son bel état esprit d’équipe et d’ouverture, sont autant d’atouts qui lui permettent de s’intégrer avec aisance à tout type de projet et de s’adapter assez facilement à toutes  formes d’expressions  artistiques.

Excellent pédagogue, Gnoumbley BAUGINARD Freddy, sait partager et transmettre son art et sa culture avec autant de passion que d’amour.

IL mène des actions aussi bien en milieu scolaire, universitaire qu’hospitalier.

Son travail de metteur en scène et de chorégraphe porte les couleurs de la tradition et de la modernité. Un travail qui se situe à la croisée des arts et des cultures.

C’est avec fierté qu’Il se réclame adepte de la diversité au service de la créativité.

QUELQUES REFERENCES

En tant qu’auteur, interprète, metteur en scène, chorégraphe :

  • Baouli, le sacrifice (2017, théâtre et récit, à partir de 10 ans)
  • La princesse Pokou, un fabuleux destin (2017, conte musical, à partir de 5 ans)
  • Le prince de la lune (2017, à partir de 5 ans)
  • Les aventures de Kacou Ananze (conte musical, 2011, à partir de 5 ans
  • Princesse Waarda ( conte chorégraphique, 2011, à partir de 5 ans)
  • La colère de Kouyieziri (conte musical, 2010, à partir de 5 ans
  • Bohin le galeux (conte musical, 2009)
  • Le canari de la sagesse (conte musical, 2008, à partir de 3 ans)
  • Mémoires d’ancêtres (récital poétique, 2007)
  • Bébé bosse, le prix à payer (conte musical, 2007 : à partir de 10 ans)
  • Wara ni Sozanni (conte chorégraphique, 2006, à partir de 5 ans)
  • La colère de Kouiyéziri (conte musical, 2004)
  • Les flammes du pouvoir (2002, ballet poétique, à partir de 10 ans)

En tant qu’interprète :

  • Tailleur pour dame de Feydeau (mise en scène Veronique E. De Kerpel, Cie volubilis, 2011)
  • Ouidah (Théâtre et récit de Alphonse Demeho 2011, Les Arts Croisés)
  • Le cénacle des voleurs (conte de Joakim Lorca, Cie Lorca, 2010 )
  • A chacun ses oignons (conte chorégraphique de Rose marie Guiraud, 2000)
  • La vengeance de Mammi Watta (ballet théâtre de Rose Marie Guiraud, 1999)
  • Le mal du siècle (Théâtre écrit et mise en scène par Jean Jacques Yem, 1988 )
  • Casse-tête au tribunal (théâtre écrit et mise en scène par Jean Jacques Yem, 1987)
  • Tel père tel fils (Théâtre écrit et mis en scène par Jean Jacques Yem, 1987)